François Dumont, piano

François Dumont, piano © Jean-Baptiste Millot

saison 2017 2018

Evènement terminé - Saison 2017 - 2018
Retrouvez ici la programmation de la saison 2016 - 2017
Pour ce concert, bénéficiez de l'offre Privilèges : 1 place achetée = 1 place offerte.

Cette offre est automatique pour toutes les personnes qui achètent une ou plusieurs places pour le concert de François Dumont.

Si vous achetez une place, vous recevrez deux places.
Si vous achetez 3 places, vous recevrez 6 places.


Attention lors de votre commande par Internet, ne sélectionnez et ne payez qu'une place si vous souhaitez en recevoir deux.

Publié en 1735, le Concerto Italien témoigne de toute la maîtrise de Bach dans son assimilation du "goût italien" à son propre langage polyphonique.

Avec son allure joyeuse de 'concerto grosso', le premier mouvement imite les contrastes dynamiques entre tutti d'orchestre et solo, rendus possibles au clavecin par les sonorités différentes des deux claviers.

Le second mouvement déroule, sur fond de basse obstinée,  une des plus belles cantilènes instrumentales du Cantor, tandis que le finale prend des allures de toccata étincelante.

Composée en 1778 lors du voyage à Paris au cours duquel il perd sa mère, la sonate K.310 en la mineur est une des œuvres les plus dramatiques de Mozart.

D'un style totalement différent des sonates antérieures, cette œuvre grandiose au souffle pré-romantique donne une importance nouvelle à la main gauche en développant un contrepoint rigoureux qui n'est pas sans rappeler Bach.

Véritable cathédrale sonore, la monumentale transcription par Ferruccio Busoni de la Chaconne de la deuxième Partita pour violon seule est à elle-même un témoignage de la fascination qu'a exercé Bach au-delà des siècles, et de l'universalité de sa musique.

Chef d'œuvre de petite forme, le Caprice pour le départ du frère bien-aimé est quant à lui un exemple unique de musique instrumentale "à programme". Composé par le jeune Bach de 19 ans, il nous touche par son éloquence et son émouvante simplicité.

La 3e sonate op.58 de Chopin nous amène sur les sommets de son art, dans sa plénitude et sa maturité. L'omniprésence du chromatisme, la densité de ses lignes polyphoniques dénotent l'assimilation complète des quarante-huit Préludes et Fugues de Bach, que Chopin admirait particulièrement.

Programme

BACH : Concerto italien BWV 971
MOZART : Sonate K.310 en la mineur
BACH-BUSONI : Chaconne (d'après la 2e partita pour violon seul)

Entracte

BACH : Caprice sur le départ du frère bien aimé BWV 992
CHOPIN : 3e sonate op.58
 
Interprète

François DUMONT, piano