Passer l’introduction

Gaveau Saison 2021 - 2022

Retour vers la liste

Tedi Papavrami, violon
Martha Argerich, piano

Martha Argerich

© Kaupo Kikkas

Tedi Papavrami

Tedi Papavrami

 

Arrivé d’Albanie en 1982, Tedi Papavrami découvrait en La France un pays et une culture qui lui étaient totalement étrangers. Sa sensibilité naturelle et son besoin d'apprivoiser la langue française pour pouvoir faire de ce pays le sien, une grande solitude aussi au départ, l’ont poussé à dévorer les livres, toujours en Français : Stendhal, Proust, Flaubert, Dostoïevski, Tchekhov, Kafka...

 

C’est sa curiosité, alliée à des exigences intellectuelles et artistiques lui permettant de franchir la distance entre son instrument et d'autres horizons qui singularisent cet interprète rare dans le monde musical. C'est donc tout naturellement qu'en 2000, après la disparition du traducteur albanais Jusuf Vrioni, il reprendra auprès des Editions Fayard le flambeau de la traduction de l'œuvre d'Ismaiï Kadaré, qu'il avait connu enfant, en Albanie. Cette échappée dans le monde littéraire devient aussi pour lui un moyen "d'exister professionnellement pour la première fois en dehors du violon". En 2013 elle se poursuit à travers l’écriture de « Fugue pour Violon Seul », récit autobiographique publié par les éditions Robert Laffont.

 

Auparavant, à la faveur de plusieurs prix, Tedi avait entamé à partir des années 1990 une carrière de soliste et de musicien de chambre. Il a collaboré depuis en tant que soliste avec des chefs d’orchestre tels que K. Sanderling, A. Papano, A. Jordan, E. Krivine, M. Honeck, F.X. Roth. Il s’est produit en concert et a enregistré avec des partenaires tels que Philippe Bianconi, Nelson Goerner, Viktoria Mullova, Martha Argerich. Son disque, comprenant les 6 sonates pour violon seul d’Eugène Ysaÿe et la sonate pour deux violons du même compositeur - en compagnie du violoniste Svetlin Roussev - reçoit simultanément en juin 2014 les distinctions diapason d’or et choc des revues Diapason et Classica. Parallèlement, Tedi effectue depuis de nombreuses années un travail en duo avec le pianiste François-Frédéric Guy autour des 10 sonates de Beethoven. Leur enregistrement de ces œuvres est paru en 2017. En compagnie du violoncelliste Xavier Phillips ils poursuivent actuellement leur travail autour de l’intégrale des trios de Beethoven.

 

C’est le triple concerto de ce même compositeur qu’il interprète aux côtés de Misha Maisky et Martha Argerich dans l’album « Rendez vous » de l’artiste, publié en 2019 par Avanti Classics. Désormais installé à Genève en Suisse, Tedi occupe un poste de professeur de violon à la H.E.M. depuis septembre 2008. Il joue sur un violon construit à son attention par le luthier Christian Bayon.

 

Martha Argerich

 

Née à Buenos Aires, Martha Argerich étudie le piano dès l’âge de cinq ans avec Vincenzo Scaramuzza. Considérée comme une enfant prodige, elle se produit très tôt sur scène. En 1955, elle se rend en Europe et étudie à Londres, Vienne et en Suisse avec Seidlhofer, Gulda, Magaloff, Madame Lipatti et Stefan Askenase.

 

En 1957, Martha Argerich remporte les premiers prix des concours de Bolzano et de Genève, puis en 1965 le concours Chopin à Varsovie. Dès lors, sa carrière n’est qu’une succession de triomphes.

 

Si son tempérament la porte vers les oeuvres de virtuosité des XIXe et XXe siècles, elle refuse de se considérer comme spécialiste. Son répertoire est très étendu et comprend aussi bien Bach que Bartok, Beethoven, Schumann, Chopin, Liszt, Debussy, Ravel, Franck, Prokofiev, Stravinski, Shostakovitch, Tchaikovski, Messiaen.

 

Invitée permanente des plus prestigieux orchestres et festivals d’Europe, du Japon, d’Amérique et d'Israel (avec Zubin Mehta et Lahav Shani), elle privilégie aussi la musique de chambre. Elle joue et enregistre régulièrement avec les pianistes Nelson Freire, le violoncelliste Mischa Maisky, le violoniste Gidon Kremer ainsi qu’avec Daniel Barenboim : « Cet accord au sein d’un ensemble est très apaisant pour moi ».

 

Sa discographie est immense: Martha Argerich enregistre chez EMI/Erato, Sony, Philips, Teldec et DGG. Parmi ses derniers enregistrements, on compte les concertos n°1/n°3 de Beethoven (Grammy Award) ainsi que les concertos n°20 et 25 de Mozart avec Claudio Abbado, récital de Berlin avec Daniel Barenboim (Mozart, Schubert, Stravinsky), un disque de lives à Buenos Aires avec Daniel Barenboim, consacré à Schumann, Debussy, Bartok, et un disque en duo avec Itzhak Perlman consacré à Schumann, Bach, Brahms. Un grand nombre de ses concerts ont été retransmis par les télévisions du monde entier.

 

Martha Argerich collectionne les récompenses pour ses enregistrements : « Grammy Award » pour les Concertos de Bartok et Prokofiev, « Gramophon – Artist of the Year », « Best Piano Concerto Recording of the Year » pour les Chopin, « Choc » du Monde de la Musique pour son récital d’Amsterdam, « Künstler des Jahres Deutscher Schallplatten Kritik », « Grammy Award » pour Cendrillon de Prokofiev avec Mikael Pletnev.

 

Avec comme objectif d’aider les jeunes, en 1998 elle devient Directeur Artistique du « Beppu Argerich Festival » au Japon.

 

Martha Argerich a reçu de nombreuses distinctions :
– « Officier de l’Ordre des Arts et Lettres » en 1996 et « Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres » en 2004 par le Gouvernement Français
– « Académicienne de Santa Cecilia » à Rome en 1997
– « Musician of the Year » par « Musical America » en 2001
– « The Order of the Rising Sun, Gold Rays with Rosette » (pour sa contribution au développement de la culture musicale et son soutien aux jeunes artistes) par le Gouvernement Japonais et le prestigieux Prix « Praemium Imperiale » par l’Empereur Japonais en 2005.
– Kennedy Center Honnors en décembre 2016 par Barack Obama
– Commendatore dell’Ordine al Merito della Repubblica Italiana en 2018 par Sergio Mattarella.

Programme

  • L.V. Beethoven, Sonate pour violon et piano n°8 en sol majeur opus 30 n°3
  • S. Prokofiev, Sonate pour violon et piano n°2 en ré majeur opus 94a

 

  • C. Franck, Sonate pour violon et piano en la majeur FWV8

Interprètes

  • Tedi Papavrami, violon
  • Martha Argerich, piano

DATES

  • Mercredi 17 novembre
    20H30

TARIFS

  • Catégorie 1
    130,00 €
  • Catégorie 2
    100,00 €
  • Catégorie 3
    80,00 €
  • Catégorie 4
    60,00 €
  • Catégorie 5
    40,00 €
  • Catégorie 6
    30,00 €
  • Catégorie 7
    20,00 €