Passer l’introduction

Gaveau Saison 2021 - 2022

Retour vers la liste

L'instant Lyrique de Barbara Hannigan (soprano) et de Momentum
Avec Michalis Boliakis (piano)

Avec la participation de Jeanne Gérard (soprano), Ema Nikolovska (mezzo-soprano), Yannis François (baryton-basse)

Barbara Hannigan

Yannis François

© Marco Borggreve

Michalis Boliakis

Jeanne Gérard

Barbara Hannigan

 

La soprano et cheffe d’orchestre canadienne Barbara Hannigan est récompensée par de nombreux prix, notamment un Grammy Award, deux Prix Juno, un Prix Edison et un ECHO Klassik. En mai 2021, elle reçoit le Prix de musique Léonie Sonning. Elle est aussi membre de l’Ordre du Canada.

 

En tant que chanteuse, cheffe d’orchestre – ou les deux simultanément – elle fait preuve d’un engagement tout particulier envers la musique de notre temps et présente en première mondiale plus de quatre-vingt-cinq nouvelles créations. Elle collabore pour cela avec des compositeurs tels que Pierre Boulez, Henri Dutilleux, György Ligeti, Karlheinz Stockhausen, Salvatore Sciarrino, Gerald Barry, Pascal Dusapin, Brett Dean, George Benjamin, ou bien encore Hans Abrahamsen. Parmi ses autres partenaires artistiques, citons des metteurs en scène et chefs d’orchestre comme Christoph Marthaler, Simon Rattle, Sasha Waltz, Kent Nagano, Vladimir Jurowski, John Zorn, Andreas Kriegenburg, Andris Nelsons, David Zinman, Antonio Pappano, Katie Mitchell, Kirill Petrenko, sans oublier Krszysztof Warlikowski. Elle est cheffe principale invitée de l’Orchestre symphonique de Göteborg et travaille régulièrement avec plusieurs orchestres et maisons d’opéra tels que l’Opéra de Paris, le Covent Garden de Londres, l’Opéra de Munich, l’Orchestre philharmonique de Radio France, l’Orchestre philharmonique de Berlin, le London Symphony Orchestra et l’Orchestre philharmonique de Munich.Son premier disque en tant que chanteuse et cheffe est enregistré en 2017 chez Alpha Classics. Sous le titre Crazy Girl Crazy, il réunit des œuvres de Berg, Berio et Gershwin. Au printemps 2020, un nouvel enregistrement est publié par le même label: La Passione présente des œuvres de Nono, Haydn et Grisey. Cette même année, la chanteuse lance Momentum: Our Future, Now, une initiative internationale menée par des artistes de premier plan qui soutiennent leurs jeunes collègues professionnels. Elle poursuit également son travail avec Equilibrium Young Artists, un programme de mentorat établi en 2017.

 

Yannis François

 

Né en Guadeloupe, le baryton-basse franco-suisse Yannis François débute sa carrière en tant que danseur pour Maurice Béjart, avant d'étudier le chant à la Haute-École de Musique de Lausanne (CH). Sur scène, Yannis a chanté le rôle-titre de Don Giovanni de Mozart, Sorceress dans Dido and Aeneas de Purcell au Staatsoper de Berlin (Sasha Walz, Akademie für Alte Musik Berlin) Peter Quince dans A Midsummer night's dream de Britten, Sasha dans Moscow, Cheryomushki de Shostakovitch, Melisso dans Alcina de Händel, Isacius dans Richardus I de Telemann (Giessen, Michael Hofstetter), Seneca dans L'incoronazione di Poppea et Plutone dans L'Orfeo de Monteverdi, tous deux sous la direction de Leonardo Garcìa Alarcòn, le rôle-titre dans Eight Songs for a Mad King de Peter Maxwell Davies, Gaveston dans La Dame Blanche by Boieldieu, Le chef des Matelots dans Alcione de Marais dirigé par Jordi Savall à l'Opéra Royal de Versailles.

 

En concert, Yannis chante la partie de Basse solo dans plusieurs oratorios tels que la Messe en si mineur (Václav Luks, Collegium 1704, Ambronay), la Passion selon Saint-Jean de J.S Bach (Ton Koopman), Baryton solo dans Das Paradies und die Peri de Schumann, et cette saison le Requiem de Mozart à la Philharmonie de Paris. Il a été soliste sous la direction de chefs tels que Ottavio Dantone, Gabriel Garrido, Christina Pluhar, Paul Agnew, Sébastien Daucé, Lars Ulrich Mortensen, parmi d'autres.

 

Depuis 2019 Yannis à comme mentor Barbara Hannigan à travers le "Equilibrium Young Artists programme" et chante Nick Shadow dans The Rake's Progress de Stravinsky à la Monnaie de Brussels, au Festival de Ojai en Californie et au Festival de Aldeburgh (UK), sous la direction de Barbara Hannigan. Un de ses projets de 2021 est le rôle de Lucifer dans Cain overo Il Primo Omicidio de A. Scarlatti au Festival de Salzburg, dirigé par Philippe Jaroussky. La saison prochaine il chantera Mercure dans Cupid and Death de Matthew Locke avec l'Ensemble Correspondances (Sébastien Daucé), puis dans Le Malade imaginaire (Charpentier) et Le Mariage forcé (Lully) avec Le Concert Spirituel dirigé par Hervé Niquet.

 

Compte tenu de sa passion, et de ses connaissances dans les répertoires musicaux oubliés ou rares, Yannis est régulièrement engagé pour rechercher et créer des programmes de CD pour des artistes tels que: Jakub Józef Orliński (Anima Sacra, Facce d'Amore, Anima Aeterna), Philippe Jaroussky (La Vanità del mondo), Julie Fuchs (Mademoiselle), Michael Spyres, Jeanine de Bique (Mirrors), Bruno de Sà (Roma Travestita), Lea Desandre (Amazone). Il est de fondateur des Editions Charybde & Scylla.

 

Michalis Boliakis

 

Michalis Boliakis est né à Athènes. Il a étudié le piano et la direction de chant au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Depuis 2012, il y occupe un poste
d’assistant professeur. En tant que chef de chant et interprète, il a travaillé pour le Festival d’Aix-en-Provence, le Théâtre des Champs-Élysées, l’Opéra de Lille, la Philharmonie de Paris et Radio France,
entre autres, et collaboré avec des chef.fe.s tel.le.s que Kasushi Ono, Gianandrea Noseda, Jonathan Darlington, Jérémie Rhorer et Barbara Hannigan. En tant que chambriste, il se produit régulièrement aux côtés des instrumentistes Lise Charrin, Olivier Stankiewicz, Elsa Moatti, Hugo Sablic et les chanteur.euses Fabien Hyon, Chloé Briot, Andreea Soare, Damien Pass, Léa Trommenschlager.

 

Depuis 2018, il se charge également de la programmation et de la direction musicale du Festival Les détours métaphoniques dans l’Aveyron, un rôle qui lui permet notamment de
développer une activité de chef d’orchestre et arrangeur. Michalis est boursier de la Juilliard School de New York, pour laquelle il élabore une thèse sur le concept de “décanonisation” de l’histoire de la musique du 19ème siècle en France, et la mise en valeur du rôle des personnes sous-représentées et injustement exclues des récits traditionnels de la musique occidentale.

 

Jeanne Gérard

 

«Soprano lyrique bien trempé et très à l’aise sur scène» (Diapason), Jeanne Gérard est « une révélation » (Le Figaro).

 

Lors de la saison 2021-2022, Jeanne Gérard chantera le rôle de Gilda (Rigoletto) au Théâtre des Champs Elysées et à l’Opéra de Rouen (en version française), Pamina (Die Zauberflöte) au Grand Théâtre, Scène Nationale de Mâcon, et Micaëla (Carmen) à la Seine Musicale. Ses prises de rôles récentes incluent Sophie (Werther) à l’Opéra de Nice, Dorinda (The Tempest) et Second Woman (Dido and Aeneas) à La Grange au Lac avec la Cappella Mediterranea sous la direction de Leonardo García Alarcón, la Gardienne du temple (Die Frau ohne Schatten) sous la direction de Valery Gergiev au Festival de Verbier, le Feu/ Rossignol (doublure) dans la production de Richard Jones de L’Enfant et les sortilèges à l’Opéra National de Paris, l’Amour (Orfeo ed Euridice) au Palais des Arts de Budapest et à l’Opéra du Nord en Suède

 

En musique de chambre, Jeanne Gérard a chanté à Carnegie Hall, à l’Amphithéâtre de l’Opéra Bastille, au Grand Théâtre de Provence lors du Festival de Pâques d’Aix-en-Provence, au Festival de Verbier, à Symphony Space, Danny Kaye Playhouse, à la Salle Cortot… Parmi ses projets discographiques figurent Tessa (Die Afrikareise) avec l’Orchestre Philharmonique de Sofia pour Naxos Records, le prochain album monographique de Karol Beffa pour Klarthe, ainsi qu’une participation à l’album Shikoku de Johan Farjot, à paraître chez Alpha Classics. Nommée dans la catégorie « Révélations » aux Victoires de la Musique Classique (2021), Jeanne Gérard a remporté une médaille d'or lors de la Manhattan International Music Competition (2020), les Premier Prix, Prix du Public, Prix de l'Orchestre et des techniciens lors du Concours International de Chant de Mâcon (2019), les Premier Prix et Prix Spécial du Jury au Concours International Léopold Bellan International (2017), a été lauréate de Armel Opera Competition (2017), et finaliste du Concorso Liricio Internazionale Ottavio Ziino (2019), ainsi que du Concours International George Enescu (2018).

 

Jeanne Gérard a obtenu son Master de chant lyrique à la Manhattan School of Music, où elle a étudié avec Patricia Misslin. Elle a participé aux masterclasses de Mariella Devia, Thomas Hampson, Thomas Quasthoff, Barbara Frittoli, Graham Johnson, Dalton Baldwin… Elle a été membre de la Fondation Martina Arroyo, Songfest et de l’Atelier Lyrique du Festival de Verbier. Jeanne a étudié en classe préparatoire littéraire à Henri IV et est titulaire d’une licence de philosophie de la Sorbonne. Elle a étudié le théâtre auprès de Jean-Laurent Cochet, Scott Williams et Matt Newton, et a joué les rôles de Mrs Wire dans The Lady of Larkspur Lotion (T. Williams), Girl dans Mr Paradise (T. Williams) et Yelena dans Uncle Vanya (A. Chekhov) au Producers' Club de New-York. Elle chante également du jazz et s’est produite au Petit Journal Montparnasse à Paris, au Manderley Bar, au Bitter End et au Lounge à New-York.

Programme

Ema Nikolovska, mezzo-soprano / Michalis Boliakis, piano
Francis Poulenc (1899-1963)

Tel jour telle nuit (14’), poetry by Paul Eluard
Bonne journée
Une ruine coquille vide
Le front comme un drapeau perdu
Une roulotte couverte en tuiles
À toutes brides
Une herbe pauvre
Je n'ai envie que de t'aimer
Figure de force brûlante et farouche
Nous avons fait la nuit

 

Jeanne Gérard, soprano / Michalis Boliakis, piano
Reynaldo Hahn (1874-1947)

Selection of songs TBA

 

Barbara Hannigan, soprano / Michalis Boliakis, piano
Francis Poulenc (1899-1963)

Fiançailles pour rire (15’), poetry by Louise de Vilmorin
La dame d'André
Dans l'herbe
Il vole
Mon cadavre est doux comme un gant
Violon
Fleurs

 

Yannis François, bass-baritone / Michalis Boliakis, piano – Total duration of the set 14’
Joseph Bologne, chevalier de Saint-George (1745-1799)
Adagio (solo piano) (3.10’)
Trois ariettes italiennes (4.10’)
Richard Strauss (1864-1949)
Im Spätboot (from the 6 Lieder, op. 56) (4.20’), poetry by Conrad Ferdinand Meyer
Igor Stravinsky (1882-1971)
The Owl and the Pussy-Cat (2.30’), poetry by Edward Lear

 

Ema Nikolovska, mezzo-soprano / Michalis Boliakis, piano
Traditional Macedonian Song
Sevdalino malo moj mome (1.30’)
Judith Weir (1954)
Songs from the Exotic (8’)
Sevdalino, My Little One (Serbian folk-song)
In the Lovely Village of Nevesine (from a Serbian epic)
The Romance of Count Arnaldos (Spanish song 15 th -16 th century)
The Song of a Girl Ravished Away by the Fairies in South Uist (Scottish-Gaelic folk-song)

 

Michalis Boliakis, piano
Manos Hadjidakis
Excerpts from For a little white Seashell
Syrtos (2’)
Megali sousta (2’)

 

Jeanne Gérard, soprano / Michalis Boliakis, piano
Maurice Ravel
Cinq mélodies populaires grecques (9’)
Chanson de la mariée
Là-bas, vers l’église
Quel galant m’est comparable
Chanson des cueilleuses de lentisques
Tout gai !

 

Yannis François, bass-baritone / Michalis Boliakis, piano – Duration of the set 8’
Meredith Monk (1942-) The Tale (2'50)
Traditional Russian Song Ax tы ноченька (Akh ti notchanka) (3'45)
Xavier Montsaltvatge (1912-2002) Canto Negro (Cinco Canciones Negras, N°5) (1'10)

DATES

  • Lundi 27 septembre
    20H30

TARIFS

  • Tarif unique
    42,00 €